60% des immatriculés comme autoentrepreneur ont fait des recettes


Tableaux relatifs au profil des autoentrepreneurs 2014, INSEE Sine 2014, mai 2017

Source : tableaux Sine 2014 relatifs à l’immatriculation des autoentrepreneurs du 1er semestre 2014, à leur prise effective d’activité et à leur présence en fin d’année 2014 Un profil assez proche des créateurs « classiques » 

 

Sur l’ensemble des immatriculés en tant qu’autoentrepreneur au 1er semestre 2014, seuls 60% ont démarré leur activité en 2014; c’est dire que 40% des immatriculés n’ont jamais eu d’activité en 2014; parmi ceux qui sont en activité,  54% sont en activité principale et donc 46% en activité secondaire ou occasionnelle.  

 

En termes d’âge, les plus jeunes ont moins souvent démarré une activité sous cette forme (54% chez les moins de 30 ans contre 72% chez les 60 ans et plus).

Par contre, quelque soit l’âge le taux d’activité principale est proche (entre  54 et 58%) avec une exception d’importance, chez les plus de 60 ans qui ne sont que 34% à avoir choisi ce régime pour une activité principale.

64% sont des hommes (un chiffre proche un peu moins élevé que celui des créateurs « classiques »), ont moins souvent démarré effectivement une activité que les femmes (56% contre 67); et ce quelque soit leur âge; par contre, le taux d’activité principale est proche (55 et 53%).

 

En termes de niveau de diplôme, 41% viennent de l’enseignement supérieur, 38% du niveau collège et 21% du bac; les autoentrepreneurs issus de l’enseignement supérieur ont plus souvent démarré une activité (62-66% vs 51-59), mais moins souvent à titre principal (43-50% vs 60-65 pour les diplômes au plus de niveau CAP).

Si l’on observe la situation des autoentrepreneurs avant leur immatriculation, 45% sont le fait de salariés, 28% de chômeurs et 21% d’inactifs (termes impropres puisque parmi ces derniers, 6,5% sont étudiants et 4,7% retraités). Le taux de démarrage est assez proche, quelque soit la situation antérieure (qui peut demeurer après l’immatriculation), avec 55 à 62%, mais avec l’exception de 72% pour les retraités.

 

Quant au choix d’exercer en activité principale, il n’est pas surprenant de constater que ce sont les chômeurs et les inactifs qui en sont les plus friands (80 à 88%), alors que les salariés et les retraités le sont peu (18 à 33%).

 

Enfin en termes d’activité, ce sont les services aux entreprises (32% ) et aux personnes (24%) qui dominent, contre 24% dans le commerce (vente sur les marchés et à distance notamment), devant la construction et » l’industrie »; la santé et l »éducation sont les secteurs où l »‘on démarre le plus  l’activité (73-77%) mais en activité complémentaire.