Une comparaison de la structure par activité des entreprises France/UE.


"Panorama des entreprises : une dynamique comparée" Business France, édition 2019, lu juillet 2019

« Ce Panorama des entreprises a pour ambition de démontrer la dynamique entrepreneuriale en France et de valoriser les entrepreneurs et l’esprit d’entreprise. Le Panorama des entreprises propose une analyse comparée de la dynamique entrepreneuriale française en illustrant l’activité et la croissance des entreprises à partir d’indicateurs spécifiques pour lesquels la France est comparée aux principaux pays de l’OCDE ».

Cette approche est toutefois sans cesse entachée par le fait de savoir si toutes les formes d’entrepreneuriat (autoentrepreneur en France, self employed au Royaume-Uni..) sont incluses ou non dans le stock des entreprises et celui des créations/cessations. Je publie ces données dans la mesure où elle risquent de servir d’argumentaire à des rapports ou à des politiques d’appui; j’ajoute comme précédemment l’interrogation sur la possibilité de comparer totalement les données recueillies par Eurostat émanant des différents pays.

 

La France connait une structure du parc des entreprises par activité proche de l’UE; par contre , elle se différencie par un nombre important de créations d’entreprise.

 

⇒ Caractéristiques structurelles des entreprises en termes d’activité

Selon Eurostat, la France est le 2e pays de l’Union européenne pour sa population d’entreprises (micro entrepreneurs compris ?), représentant près de 13% du total. À la première place, l’Italie compte 3,8 millions d’entreprises (15% du total), l’Espagne (11%), l’Allemagne (10%) et le Royaume-Uni (9%).

 

La structure sectorielle de l’économie européenne en 2016 est relativement similaire d’un pays à l’autre : les principaux secteurs d’activité sont les services marchands, le commerce et l’industrie manufacturière (soit 80% de la population d’entreprises, du nombre de salariés EQTP, du chiffre d’affaires et de la valeur ajoutée).

♦ Les activités de services dans leur ensemble (services marchands, commerce et transport et entreposage) sont 76,1% de la population des entreprises, 66% du nombre de salariés 60,4% du chiffre d’affaires et 60,6% de la valeur ajoutée. Le poids des services marchands est plus important au Royaume-Uni, aux Pays-Bas et en Suède. 

– Le premier secteur d’activité correspond aux services marchands (45,1% de la population des entreprises, 34,8% du nombre de salariés, 18,7% du chiffre d’affaires et 34,1% de la valeur ajoutée).

– Le commerce représente 25,9% de la population des entreprises, 22,8% du nombre de salariés, 36,2% du chiffre d’affaires et 18,8% de la valeur ajoutée.

L’industrie manufacturière est le troisième secteur d’activité avec 8,7% de la population des entreprises en 2016, mais 23,3% du nombre de salariés; 27,1% du chiffre d’affaires et 26,6% de la valeur ajoutée. 3 pays se distinguent par l’importance de leur industrie : la Pologne, l’Italie et l’Allemagne.

 

La structure sectorielle de l’économie française est proche de celle de l’Union européenne. En termes de population d’entreprises, les services marchands représentent 46,3% du total, devant le commerce (24,9%), la construction (16,6%) et l’industrie manufacturière (7,1%). Les salariés se répartissent principalement entre les services marchands (31,4%), le commerce (22,7%), l’industrie manufacturière (21,9%) et la construction (10,9%).

La part du secteur tertiaire dans l’emploi total y a gagné 22 points au cours des 4 dernières décennies, alors que la part de l’industrie a perdu 13 points, se réduisant quasiment de moitié. Le chiffre d’affaires est généré au niveau national en premier lieu par les secteurs du commerce (38,4%), de l’industrie manufacturière (24,6%) et des services marchands (19,8%). La valeur ajoutée est principalement répartie entre les services marchands (35,9%), l’industrie manufacturière (22,7%) et le commerce (19%).

⇒ Caractéristiques structurelles des entreprises en termes de taille d’entreprises

Les micro-entreprises (de 0 à 9 personnes employées) représentent 94% du total des entreprises de l’Union européenne en 2016 (95% en France). En Allemagne et en Autriche, la part des microentreprises est inférieure (respectivement 82% et 87% des entreprises) et la part des PME (de 10 à 249 personnes employés) est un peu plus importante (respectivement 18% et 13%).

 

En termes de chiffre d’affaires et de valeur ajoutée, le poids des micro-entreprises s’inverse : 18% du chiffre d’affaires, 5% de la valeur ajoutée, alors que les PME et les grandes entreprises représentent respectivement 38% et 44% du chiffre d’affaires, et 32% et 63% de la valeur ajoutée. Une micro-entreprise génère en moyenne 0,2M€ de chiffre d’affaires et 0,02M€ de valeur ajoutée (mais on ne sait si les non-salariés ont été pris en compte dans ces calculs); une PME génère en moyenne 6,1M€ de chiffre d’affaires et 1,4M€ de valeur ajoutée et une grande entreprise 260,4M€ de chiffre d’affaires et 101,2M€ de valeur ajoutée.

 

Noter que la valeur ajoutée et le taux de marge sont repartis à la hausse depuis 2014; si la valeur ajoutée a quasi-stagné sur la période 2011-2013 (+0,4%), la reprise a été importante sur la période 2013-2016 (+4,7%). En 2016, la valeur ajoutée progresse de 2,2% sur un an. Entre 2011 et 2016, le taux de marge dans l’Union européenne est passé de 40,9% à 42%.

 

En France, le même constat est réalisé : les micro-entreprises génèrent en moyenne 0,3M€ de chiffre d’affaires et 0,02M€ de valeur ajoutée, contre respectivement 8,7 et 1,9M€ pour les PME et 398,4 et 139,5M€ pour les grandes entreprises.

La productivité du travail atteint 69,2$ par heure travaillée en 2018 (6e place de l’échantillon) vs 56,3 en UE; la productivité du travail par personne employée est de 105 169$ (5e place), vs 91 845 en UE.

La productivité par personne employée atteint 90 860$ dans les grandes entreprises, contre 71 086$ dans les entreprises de 20 à 49 employés, et seulement 57 702$ dans les micro-entreprises.

⇒ La démographie d’entreprise

En 2016, Eurostat dénombre 447 663 créations d’entreprise en France dans l’industrie, la construction et les services (autoentrepreneurs compris ?); c’est 8% de plus qu’au Royaume-Uni et près du double de l’Allemagne; sur la période 2014-2016, les créations d’entreprises ont augmenté de 2,1% en France, alors qu’elles ont diminué de 9% en Allemagne. C’est au Royaume-Uni que les créations d’entreprises ont le plus augmenté entre 2014 et 2016 (+18%).

 

Le taux de création d’entreprises (nombre d’entreprises créées/population totale des entreprises) est de 9,8% en France en 2016; cela place la France dans le haut de l’échantillon, derrière le Royaume-Uni (15,1%), la Pologne (12,3%) et l’Espagne (10%).

En 2016, la France présente un taux de disparition des entreprises parmi les plus faibles (nombre de cessations d’activité/population totale des entreprises) avec 4,7%, derrière la Belgique (3,3%) et l’Irlande (1%). En France, ce taux est moins élevé dans l’industrie (3,6%) que dans la construction (4,4%) et les services (5%).

 

En 2016, la croissance nette des entreprises (créations /disparitions) est de 2% en France, derrière le Royaume-Uni (+6%) mais devant l’Allemagne, où la croissance nette des entreprises est de +0,2%. En France, le taux de croissance nette des entreprises est plus élevé dans les services (2,3%) que dans la construction (0,6%) et l’industrie (0,9%).

 

Les entreprises créées en 2016 contribuent à 2,6% des emplois en France, vs au Royaume-Uni (4%), en Pologne (3,9%) et en Espagne (3,7%).

La taille moyenne des entreprises lors de leur création est relativement petite en Europe : 2,3 personnes occupées au Royaume-Uni, 1,8 en Allemagne, 1,2 en France. Les entreprises industrielles nouvellement créées sont en moyenne de plus grande taille : 3,5 employés au Royaume-Uni contre 2,3 pour les services, 2 en Pologne contre 1,5 pour les services, 1,7 en Italie contre 1,2 pour les services et 1,4 en France contre 1,2 pour les services. À l’inverse, le nombre moyen des emplois créés en Autriche, Allemagne et Irlande est plus élevé dans les services que dans l’industrie. 

 

En savoir davantage ; https://www.businessfrance.fr/decouvrir-la-france-actualite-publication-du-panorama-des-entreprises-2019