BGE, en 2018, ce sont 550 implantations et 90 500 personnes reçues.


Rapport d'activité 2018 : 1979-2019 démocratiser la réussite entrepreneuriale", BGE, lu juin 2019

A l’occasion de leur quarantième anniversaire, BGE publie un document développant leurs missions et actions, et témoignages, dont je tire quelques données chiffrées de l’action 2018.

 

Un profil de créateurs grandement issus du chômage, et de publics souvent plus présents que dans la création en général (plus de femmes, de personnes localisés dans des territoires fragiles).

 

Convictions : « Il faut donc continuer à faire tomber les barrières sociales, culturelles, psychologiques ou financières. Non pas pour inciter tout le monde à devenir entrepreneur, mais pour montrer que cette option est envisageable pour tous et révéler de nouveaux créateurs de richesse. Pour que l’entrepreneuriat soit véritablement un vecteur d’intégration sociale et économique, il faut être concentré sur les conditions de réussite du projet et adapter l’accompagnement. Cela passe par une grande proximité, au plus près du terrain et des entrepreneurs, et un travail sur les compétences. Il faut pour cela regarder l’individu et son potentiel entrepreneurial, en faisant fi des idées reçues, et sécuriser son parcours en conséquence. Après 40 ans d’expérience et d’analyse de données nous restons convaincus que l’ascenseur social peut prendre le chemin de l’entrepreneuriat. »

⇒ Quelques données 2018

 En 2018, BGE, ce sont 550 implantations, 43 associations et 1 028 salariés et 750 bénévoles.

90 504 personnes ont été accueillies en 2018; 48 600 parcours d’accompagnement ou de formation ont eu lieu.

15 600 entreprises ont été créées en 2018 avec 24 960 nouveaux emplois et un taux de pérennité à 3 ans de 80%; 10% par ailleurs sont, 3 ans après, en emploi. 355M€ ont été mobilisés pour ces nouvelles entreprises. Par ailleurs 27 780 entreprises ont été accompagnées dans leur développement.

 

Un budget national consolidé de 60M€ dont les ressources proviennent des acteurs de l’emploi (26%), des régions (24%), de l’Europe (15%), des départements (8%), de l’État (8%), d’autres collectivités (7%), de structures privées (7%), et autres (5%).

Le budget de la tête de réseau est de 2,4M€ dont 36% proviennent de la CDC, 30% des associations locales BGE, 15% de l’UE, 11% d’autres structures publiques et 8% de partrenaires privés.

Ce budget a été affecté à l’offre numérique (25%), à  la communication et au  marketage des offres (21%), à l’animation du réseau et à sa professionnalisation (29%), au concours (11%), aux études et à l’observatoire (10%).

⇒ Éléments de profil des entrepreneurs

* 46% de femmes,

* 20% ont 30 ans au plus, 33% de 30 à 40 ans, 27% de 40 à 50ans, 21% de plus de 50 ans,

* 56% ont au plus le bac (dont 28% le niveau CAP), 44% un niveau d’enseignement supérieur (dont 26% au moins 3 ans après le bac),

* 84% sont demandeurs d’emploi dont 13,5% de longue durée; 12,5% étaient salariés,

*40% n’avaient pas d’entrepreneur dans leur entourage,

* 56% sont issus de territoires fragiles, dont 11% issus des quartiers prioritaires de la ville,

* 11% sont porteurs de handicap.

⇒ Éléments de profil des entreprises crées

* en termes de secteurs d’activité : 47% ont  créés dans les services (dont 17% dans les services aux particuliers, 14% dans les services aux entreprises, 10% en santé/éducation, 3% dans les transports, 2% dans l’immobilier, 1% dans la finance et assurance), 33% dans le commerce, 12% dans le BTP, 6% dans l’industrie.

* 70% ont surtout une clientèle locale, mais 33% ont (aussi) une clientèle régionale, 20% nationale et 10% internationale. Ce sont surtout des particuliers (78%), mais (aussi) des entreprises (43%), des organismes publics (16%) et des associations (13%).

 

Pour en savoir davantage : https://www.bge.asso.fr/actualites/?actualite=456